• : LA CUISINE DE MAMIE CAILLOU
  • LA CUISINE DE MAMIE CAILLOU
  • : Vous trouverez dans ma cuisine des recettes pour toutes les occasions, souvent simples mais susceptibles de réjouir vos convives, souvenez vous toujours que les repas sont un moment de partage et de convivialité. Transmettre, c'est partager...
  • Contact

"La cuisine en héritage" pour mes enfants petits et grands...de l'amour en quelque sorte
 
Je dédie ce blog à
CÉCILE et LAURE, mes filles
puis à THÉO, LOLA
ANTONE
EVA et BAPTISTE
mes petits-enfants

Rechercher Sur Ce Blog...















 

Ma boite à Bredele...c'est ici ! Mes Chocolats aussi...

 

Noël
Mes Bredele
Noël et jours de fêtes
Mes Chocolats

 

Les Pâtes et Le Riz...c'est là !

vignettes pour les pâtes

Le riz en vignette

 

 

Les recettes Weight Watchers... de Korinne

 

images.jpg

11 octobre 2019 5 11 /10 /octobre /2019 05:30

 

 

Cette fois c'est certain, ce mois sera définitivement rose pour moi, car d'une part c'est le mois de mon anniversaire mais d'autre part et surtout ce mois est dédié à la lutte contre le cancer du sein.

J'encourage vivement toutes les femmes à participer à ce dépistage qui peut sauver bien des vies.

Pour la 26ème année consécutive, la campagne de lutte contre le cancer du sein, organisée par l'association Le Cancer du Sein, Parlons-en ! Propose de lutter contre le cancer du sein en informant, en dialoguant et en mobilisant.

 

   

 Cette année, le slogan TOUS UNIS PAR UNE MÊME COULEUR prend tout son sens pour faire reculer la maladie.

 

 

Je ne vais pas vous raconter ma vie, ça n'aurait aucun intérêt, par contre mon expérience peut peut-être aider les femmes qui affrontent cette maladie. Cette année 2019 a mis à nouveau ma vie entre parenthèse.

C'est la troisième fois que je dois faire face à l'inquiétude des examens, à l'angoisse des résultats et au choc du diagnostic et franchement, je ne suis pas loin de croire que c'est l'étape la plus dure.

Bien entendu viennent ensuite les traitements, les opérations, les soins, sans oublier la radiothérapie... tout cet arsenal médical mis en place pour que nous allions mieux.

Le corps est pris en charge par la médecine mais votre esprit et votre cœur battent au rythme de la maladie.

 

Comment expliquer ça à ceux qui ne sont pas passés par là ?

 

La première fois ce fut un tsunami qui m'a submergée, qui m'a fait perdre pied. Dans ces moments là, votre gorge se serre, vous ne comprenez pas ce qui vous arrive, vous basculez dans un monde étranger qui vous fait peur et une idée vient très vite, celle de la mort...vais-je mourir docteur ?...

Les jours qui suivent, vos nuits sont très courtes et seule face à votre réalité, vous voyez défiler votre vie, la nuit j'ai souvent cherché la main de celui qui m'accompagne et je ne compte pas les nuits blanches qu'il a passé à m'écouter.

Puis un matin vous vous réveillez en vous disant je vais me battre. 

Chaque malade est unique et il y a autant de cancers qu'il y a de malades mais aujourd'hui j'ai la certitude que c'est un combat que l'on ne peut pas mener tout seul. 

Dix années séparaient mes deux premières expériences, je pensais avoir "donné" ! Mais la vie en a décidé autrement et dix ans plus tard me voilà à nouveau prise dans cette tourmente.

Si je devais faire un bilan de ces épisodes de ma vie, je dirai que la première fois en 1999, j'étais anéantie, laminée, détruite moralement. J'ai, comme je vous l'ai expliqué, basculé dans un monde dont on ne revient pas vraiment. Vous êtes définitivement différent même lorsque vous êtes guéri. Se dire que rien ne sera plus jamais comme avant, ce n'est pas une pilule facile à avaler, par contre je n'en retiens aujourd'hui que les côtés positifs.

La deuxième fois en 2009, contrairement à toute attente, mon entourage  a été stupéfait de l'énergie que j'ai trouvé en moi pour affronter cette nouvelle épreuve qui était, disons le sans détour, plus "à risque" que la première. J'ai eu peur de mourir, j'ai écrit à tous ceux qui comptaient dans ma vie, je devais leur dire mon amour avant de les quitter, mais je me suis accrochée à la vie, à eux mes amours, mes amis, qui éclairent ma vie. Mon salut, je le dois aux miens, à la force de leur amour mais aussi à l'amitié témoignée par mes amis, mes collègues, ceux qui faisaient partie de mon quotidien.

Malade on est encore plus sensible à la main qui se tend et qui vous dit... je suis là, bats toi.

Et voilà que 2019 me plonge à nouveau dans ce monde fait de blouses blanches, d'analyses, de séances de chimio et j'en passe. Un ami m'a dit "bienvenu au club des chambres implantables" ...un peu d'humour ça ne fait pas de mal.

J'ai certainement gagné en sérénité face à ce genre d'épreuve, même si la pilule est toujours aussi difficile à avaler, mais j'ai la chance immense d'avoir bénéficié d'un dépistage rapide qui fait que ma vie aujourd'hui n'est pas en danger.

Les traitements sont lourds, mais nous ne sommes pas tous égaux devant la maladie et perso je réagis assez bien, cependant, comme me le dit toujours mon amie..." la chimio, ce n'est pas de la grenadine !"

 

Convaincre les femmes du rôle primordial du dépistage précoce et faire progresser la recherche, telle est la vocation de cette campagne et de l'Association.

 

Aux malades, je dirai, regardez devant vous, le monde est beau et la vie vous attend. Cette épreuve est terrible et il ne faut pas cacher ses peurs ni ses angoisses, vous avez le droit d'avoir mal et de le dire. Vous avez le droit de pleurer, les larmes sont les messagères des peines et de la tristesse... Mais pas de honte à les laisser couler, elles racontent bien des choses, je ne me souviens plus du nom de l'auteur de cette phrase mais je la trouve tellement vraie.

 Aux familles, aux amis, je dirai, ne lâchez pas la main de celui qui a mal et comme me l'a dit si justement quelqu'un qui m'est très cher...excusez le langage !

"Ce qui ne vous a pas tué, vous a rendu plus fort ...mais putain qu'est-ce que ça fait mal !"

 

Aux lecteurs et lectrices de ce billet, je dirai, ça n'arrive pas qu'aux autres alors soyez vigilants et...

 

Pris assez tôt le cancer peut être vaincu...!

 

 

 

 

Partager cet article

4 octobre 2019 5 04 /10 /octobre /2019 05:06

 

Un dessert de saison qui fera chavirer vos papilles.

 

Gâteau aux prunes d’Ente...comme une tourte ou presque !

 

J’ai réalisé cette recette plusieurs fois, en changeant quelques petits détails à chaque expérience, jusqu'à obtenir le résultat que je souhaitais.

                                                                                                                         

Gâteau aux prunes d’Ente...comme une tourte ou presque !

 

Les critères les plus importants sont sans nul doute la qualité des ingrédients, l'équilibre entre la pâte et les fruits et le petit plus que donne les épices.

 

Gâteau aux prunes d’Ente...comme une tourte ou presque !
Gâteau aux prunes d’Ente...comme une tourte ou presque !

 

Dimanche, j’ai donc acheté des prunes au marché, elles étaient divines. Gonflées de sucre car mûries au soleil, elles ont fait de ce dernier essai une réussite. 

J’ai doublé la quantité de fruits, utiliser un peu de beurre demi-sel, ajouter de la vanille dans la pâte, forcer un peu sur la cannelle et saupoudrer ma tourte de sucre en fin de cuisson. Désormais, c'est certain, je vais définitivement rester sur les proportions données ci-dessous.

Ce gâteau est vraiment à faire et à refaire, encore et encore...

 

Gâteau aux prunes d’Ente...comme une tourte ou presque !

 

Il vous faut, pour un moule à charnière de 22cm de diamètre :

 

Pour la garniture...

800g de prunes d’Ente

50g de sucre en poudre

10cl d’eau

½ cuillère à café de cannelle en poudre

 

Pour la pâte...

75g de beurre doux

50g de beurre demi-sel

125g de sucre

1 œuf entier

250g de farine

Les graines d’une gousse de vanille

1 cuillère à café de cannelle en poudre

 

Dénoyauter les prunes, puis les faire cuire environ 15 minutes dans une casserole et à feu doux avec l'eau et le sucre. Ajouter la cannelle en fin de cuisson, puis les réserver.

Dans un saladier, mélanger les beurres mous avec le sucre, puis ajouter l’œuf, la farine, la vanille et la cannelle. Mélanger en sablant du bout des doigts, puis former une boule et la laisser reposer.

Préchauffer le four à 180°.

Beurrer et fariner un moule à charnière de 22cm de diamètre (ou l’habiller de papier sulfurisé).

Garnir le fond du moule avec les 2/3 de la pâte, en remontant bien sur les côtés, le plus simple étant de faire ceci avec la main.

Déposer les prunes égouttées sur le fond de pâte.

Couvrir les fruits avec la pâte restante, préalablement étalée au rouleau, en l’ajustant au mieux. L’opération est assez délicate car la pâte est friable.

Faire cuire environ 30 minutes, et saupoudrer légèrement de sucre avant la fin de la cuisson.

 

Gâteau aux prunes d’Ente...comme une tourte ou presque !

 

Dégusté tiède, ce gâteau est encore meilleur !

 

Gâteau aux prunes d’Ente...comme une tourte ou presque !

 

imprimer la recette

 

Toutes les fiches à imprimer sont illustrées pour que vous puissiez réaliser un joli recueil de recettes.
Si vous vous sentez bien dans ma cuisine et que vous avez envie de revenir, je vous invite à vous abonner à la rubrique "Avis de nouveaux articles" afin d'être informé de la parution de chaque nouvelle recette

Je vous remercie pour vos visites et vos commentaires qui me sont précieux et que je lis toujours avec beaucoup d'attention.

...à bientôt !

                                                         mamie caillou

 

 

Mentions légales

les textes et les images sont– sauf mention contraire – la propriété exclusive du blog " La cuisine de mamie caillou" et de son administrateur. Ils ne peuvent en aucun cas être utilisés sans un accord écrit préalable.

 

Partager cet article